La super bonne proposée par Jérém

Chelsea devant Watford c’est Di Caprio devant une jeune de 22ans 

Compétition : Premier League // Pays : Angleterre // Prédiction de L’Algo de Paulo : Chelsea // Côte : 1.62 // Probabilité : 92%

Zé partiiiii

Il se fait bientôt deux heures du matin. Le serveur vient d’annoncer qu’il était temps de quitter les lieux. Le bar, déjà moins rempli qu’à votre arrivée commence tranquillement à se vider. D’une soirée dont on attendait.pas grand chose, vous vous retrouvez maintenant à jouer gros, et, une fois n’est pas coutume : ça sent bon.
Cette folie qui se tient en face de vous a semblé conquis durant toute l’intégralité de la soirée par qui vous êtes, forces et faiblesses incluses, et sauf surprise, la victoire est au bout. A moins d’une énorme connerie, ce soir, on repart avec la win. Quasi aussi certain qu’une victoire de Chelsea sur le terrain de Watford demain, tiens.
Pourquoi cette comparaison étrange me demandez vous ? Parce qu’avant tout, on va pas se mentir, si vous êtes ici, c’est pour gagner des thunes et vous la.pétez allègrement lors de votre prochain Happy Hour, racontant avec fierté vos succès réguliers en paris sportifs (de rien, au passage). Mais, si vous me permettez, vous constaterez vite que la comparaison se tient.

Et pourquoi ça ?

Tout comme la jeunesse triomphante de ce nouveau Chelsea, vous avez enthousiasmé.tout le monde au bar ce soir, y compris la target.. Vous avez fait votre effet, et la douce ne vous lâche maintenant plus du regard. Coïncidence ? Que nenni. Fourbe que vous êtes, vous vous étiez briefé sur mademoiselle avant de venir. Et les informations récupérées étaient formelles : dans “son” bar, à domicile, la demoiselle a tendance à être des plus accueillantes. Exactement comme Watford qui à domicile encaisse depuis le début de saison en moyenne 1,6 buts par match,.n’en mettant en échange que 0,6. 

Hop hop hop, bouge pas copain

Des stats qui expliquent plus que facilement le constat déprimant de 0 victoires à domicile depuis le début de saison (3 défaites et deux victoires).

Qui plus est, avec plus de 40% de leurs rencontres se soldant par un score de 0-3 ou 1-3, on peut difficilement parler.de matchs accrochés.

Un constat accablant qui malheureusement, à l’image de notre proie du soir ne date pas d’hier, les Hornets.n’ayant pris que 9 points sur 30 l’an passé à domicile face à des équipes mieux classés. Et, avec seulement 5 points sur 30 face à des adversaires plus haut au classement cette saison, Watford ne présente pas vraiment le profil de boss final.dans un RPG pour ado boutonneux.

De tels résultats à domicile seraient déjà une solide indication d’une victoire envisageable, sans rajouter les stats impressionnantes des Londoniens.à l’extérieur.

Quand vous vous retrouvez dans le bar en bas de chez vous et que tout le monde vous affuble de ce putain de surnom.qui date du lycée et ne vous a jamais lâché – Brioche, qu’on se tachera bien par politesse d’expliquer ici – la tache est plus difficile.
Mais, quand vous quittez la contrée natale et jouez à l’extérieur, à l’image des Blues – 80% de victoire cette saison à l’extérieur avec plus de trois.buts marqués par match en moyenne – vous êtes mille fois plus efficace. Et ça ne date pas d’hier.
27 points sur 30 en déplacement chez une équipe de deuxième partie de tableau l’an passé. Des résultats plus que probants et qui permettent d’aborder le match avec confiance.

Quelques zones d’ombres

Quand bien même la partie semble bien engagée, certaines données doivent être prises en compte pour tempérer votre ardeur. A l’image des oublis quai systématique dont vous faites preuve chez les donzelles (portefeuille, pass Navigo, fusil semi-automatique, …), les Blues oublient eux systématiquement de protéger leur but.
Résultat : pas la moindre clean sheet cette saison. Aussi, l’absence de Ross Barkley et N’Golo Kante ainsi que l’enchaînement éreintant de matchs (4e rencontre en dix jours) ne doivent pas être omis. Des facteurs certes gênants, mais au vu de leur attaque de feu, et le fait que les hommes de Lampard n’ont pas laissé passer le moindre point face à des adversaires de deuxième partie de tableau (6 victoires en six matchs), la confiance reste donc de mise.
Cette même confiance qui vous fait commander deux derniers shots alors que l’autre con qui croyait encore en sa chance vient de quitter le bar la mine défaite.

Tiens ton dessert, tu as été sage

Pas encore convaincus ? Allez : sous lʼère Lampard, les Blues marquent très tôt dans un match (plus de 60% de leurs buts sont marqués en première mi temps) quand Watford nʼen marquent que 30% et en encaisse 50% sur cette même durée. Et depuis 2000, Watford n’a réussi à gagner qu’une seule fois contre son adversaire du jour, pour 12 victoires en face…
Comme cette main qui vient de se poser sur votre hanche discrètement, bordel, il vous faut quoi de plus pour comprendre que ça sent très bon ?

Alors oui, Watford comme la target du soir, ça sera pas la victoire du siècle. On a pas mis la barre très haute en allant chercher la win la dessus. Mais il en faut aussi, de ces petites victoires. De celles qui bossent la confiance et cimentent l’esprit de groupe.
Alors, maintenant qu’on en est la, que ce soit après avoir rincé des verres toute la soirée ou après avoir pris un abonnement mensuel, maintenant qu’on touche au but, à la victoire, au succès et à l’euphorie de la win, il reste plus qu’une chose à faire : terminer le boulot. Messieurs, terminez donc.