La super bonne proposée par Jérém

Comment utiliser au mieux L’Algo de Paulo, en 6 étapes

L’Algo, guide à exploiter pour tes paris sportifs 

Mais comment utiliser au mieux la machine de Paulo ?

Comment utiliser au mieux L’Algo de Paulo, en 6 étapes

L’Algo, guide à exploiter pour tes paris sportifs 

Mais comment utiliser au mieux la machine de Paulo ?

Il y a ceux qui lâchent un bras pour une montre connectée dont le seul lieu de vie sera un tiroir à jamais fermé, et ceux qui connaissent sa notice sur le bout des doigts avant de regarder son prix. Il y a ceux qui réclament du vin biologique sans avoir vu une vigne depuis leur naissance, et ceux qui font fructifier le raisin en refusant tout verre d’alcool. Il y a ceux qui se disent communistes sans avoir lu Karl Marx, et ceux qui sont encartés à LREM mais rêvent de voir le salaire du patron égal à celui de son employé. Il y a les amoureux des Beattles qui se demandent qui est Ringo Starr, et les amateurs des Rolling Stones qui cherchent la date du décès de Mick Jagger.

oIl y a les passionnés de l’Olympique de Marseille qui ne connaissent pas Basile Boli, et les amoureux du Paris Saint-Germain qui ignorent le prénom de Susic. Ça vous paraît absurde ? Nous aussi. C’est pourquoi Paulo se doit de t’indiquer les meilleures façons d’exploiter son Algo. Car si ce dernier est simple d’utilisation, encore faut-il savoir pourquoi et comment l’utiliser. Choses que tu as sûrement déjà comprises, mais qu’il convient de rappeler et de clarifier. Pour toi (intime) public, voici donc six applications à adopter avec ta machine favorite.

1 – L’Algo de Paulo, outil d’aide à la décision

Pas la peine de faire semblant, Paulo sait très bien que les pronostiqueurs qu’il invite dans sa maison ne sont majoritairement pas des enfants découvrant les paris sportifs. En général, tu connais bien le football et tu es capable de lister tous les noms des bookmakers, dates d’inscription validées par l’Arjel en bonus. Du coup, le rôle de L’Algo est évident : il s’agit d’une aide à ta réflexion, d’un test de pronostiquémie positif ou négatif qui viendra confirmer ou infirmer ton intuition ou ton analyse. L’Inter, qui accueille la Lazio, te semble disposer d’une côte valant le coup ? Hop, un petit tour sur L’Algo pour voir ce qu’il en pense de manière ultra objective en te donnant une probabilité de succès en pourcentage. Un pote, un vrai.

0 – Let’s go

Il y a ceux qui lâchent un bras pour une montre connectée dont le seul lieu de vie sera un tiroir à jamais fermé, et ceux qui connaissent sa notice sur le bout des doigts avant de regarder son prix. Il y a ceux qui réclament du vin biologique sans avoir vu une vigne depuis leur naissance, et ceux qui font fructifier le raisin en refusant tout verre d’alcool. Il y a ceux qui se disent communistes sans avoir lu Karl Marx, et ceux qui sont encartés à LREM mais rêvent de voir le salaire du patron égal à celui de son employé. Il y a les amoureux des Beattles qui se demandent qui est Ringo Starr, et les amateurs des Rolling Stones qui cherchent la date du décès de Mick Jagger.

Il y a les passionnés de l’Olympique de Marseille qui ne connaissent pas Basile Boli, et les amoureux du Paris Saint-Germain qui ignorent le prénom de Susic. Ça vous paraît absurde ? Nous aussi. C’est pourquoi Paulo se doit de t’indiquer les meilleures façons d’exploiter son Algo. Car si ce dernier est simple d’utilisation, encore faut-il savoir pourquoi et comment l’utiliser. Choses que tu as sûrement déjà comprises, mais qu’il convient de rappeler et de clarifier. Pour toi (intime) public, voici donc six applications à adopter avec ta machine favorite.

1 – L’Algo de Paulo, outil d’aide à la décision

Pas la peine de faire semblant, Paulo sait très bien que les pronostiqueurs qu’il invite dans sa maison ne sont majoritairement pas des enfants découvrant les paris sportifs. En général, tu connais bien le football et tu es capable de lister tous les noms des bookmakers, dates d’inscription validées par l’Arjel en bonus. Du coup, le rôle de L’Algo est évident : il s’agit d’une aide à ta réflexion, d’un test de pronostiquémie positif ou négatif qui viendra confirmer ou infirmer ton intuition ou ton analyse. L’Inter, qui accueille la Lazio, te semble disposer d’une côte valant le coup ? Hop, un petit tour sur L’Algo pour voir ce qu’il en pense de manière ultra objective en te donnant une probabilité de succès en pourcentage. Un pote, un vrai.

2- L’Algo, digne de (grosse) confiance

Allez, avoue-le : tu fais partie de la catégorie des mecs un peu flemmards, qui aiment vibrer sans trop se prendre la tête mais qui ont la notion de l’argent et qui trouvent ça dommage d’en perdre pour quelques minutes de suspense. De manière tout à fait logique, tu es donc entré dans la demeure de Paulo en espérant que tout le boulot sera déjà fait. Effectivement, il y a une partie pour ça : elle s’appelle les « grosses confiances », paris offerts au quotidien par L’Algo. Et devine quoi ? En huit mois, le ROI de ces GC atteint 10,8%.

En gros, il suffisait de les suivre pour gagner un max de sous. Bien davantage, en tout cas, que ce que te permet ton Livret A. Dernière chose : les GC sont aussi bien exploitables par les débutants qui n’ont jamais vu jouer Kylian Mbappé que par les experts qui ont parfois besoin d’inspiration. Des copines, des vraies.

3- L’Algo, pas de paris dingos

Non, les combinés de treize sélections avec des côtes à 115899631,4 ne sont pas appréciés par Paulo. Car en réalité, il y a plus de chances de faire fortune à l’EuroMillions que de gagner de l’argent avec ce coupon. Pour optimiser au mieux l’Algo, tu te dois de prendre des décisions rationnelles : ne pas laisser ton émotivité parler, oublier les sentiments comme ton équipe de cœur ou tes joueurs fétiches et éviter de poser des billes n’importe comment pour te « refaire » (placer six paris conseillés par L’Algo sur des championnats inconnus ou des compétitions biélorusses dont tu ignorais l’existence jusque-là ne devient pas subitement une bonne stratégie parce que tu as perdu tes trois dernières mises, par exemple).

C’est peut-être un détail pour toi, mais d’autres n’ont pas encore compris cette loi. Une fois celle-ci intégrée, l’algorithme te guidera comme un frère. Un bro, un vrai.

4- L’Algo, le médicament financier

Paulo aime le style du Professeur Raoult, mais il n’est pas question de lui ici. Non, les problèmes de santé de côté, l’Algo souhaite te donner un aperçu du rapport bénéfice/risque concernant le pari qui t’intéresse. Autrement dit, il te propose une côte minimale conseillée en-dessous laquelle il estime qu’il n’est pas rentable de jouer. Parce que selon lui, le risque est trop élevé par rapport au gain. Tout simplement. L’Inter (oui, encore elle) cotée à 1,85 contre la Lazio (oui, encore elle), et préconisée à 1,65 par l’algorithme ? On est bon. 

Dans le monde des pronos comme ailleurs, le constat est le suivant : c’est la gestion du risque qui permet l’optimisation (fiscale ou non). Dès lors, avec beaucoup de répétitions (hormis pour les paradis fiscaux, cette fois), la stratégie ne peut qu’être gagnant sur le moyen et long terme. En plus, c’est aussi éthique que légal. De quoi considérer L’Algo comme un mentor, un vrai.

2- L’Algo, digne de (grosse) confiance

Allez, avoue-le : tu fais partie de la catégorie des mecs un peu flemmards, qui aiment vibrer sans trop se prendre la tête mais qui ont la notion de l’argent et qui trouvent ça dommage d’en perdre pour quelques minutes de suspense. De manière tout à fait logique, tu es donc entré dans la demeure de Paulo en espérant que tout le boulot sera déjà fait. Effectivement, il y a une partie pour ça : elle s’appelle les « grosses confiances », paris offerts au quotidien par L’Algo. Et devine quoi ? En huit mois, le ROI de ces GC atteint 10,8%.

En gros, il suffisait de les suivre pour gagner un max de sous. Bien davantage, en tout cas, que ce que te permet ton Livret A. Dernière chose : les GC sont aussi bien exploitables par les débutants qui n’ont jamais vu jouer Kylian Mbappé que par les experts qui ont parfois besoin d’inspiration. Des copines, des vraies.

3- L’Algo, pas de paris dingos

Non, les combinés de treize sélections avec des côtes à 115899631,4 ne sont pas appréciés par Paulo. Car en réalité, il y a plus de chances de faire fortune à l’EuroMillions que de gagner de l’argent avec ce coupon. Pour optimiser au mieux l’Algo, tu te dois de prendre des décisions rationnelles : ne pas laisser ton émotivité parler, oublier les sentiments comme ton équipe de cœur ou tes joueurs fétiches et éviter de poser des billes n’importe comment pour te « refaire » (placer six paris conseillés par L’Algo sur des championnats inconnus ou des compétitions biélorusses dont tu ignorais l’existence jusque-là ne devient pas subitement une bonne stratégie parce que tu as perdu tes trois dernières mises, par exemple).

C’est peut-être un détail pour toi, mais d’autres n’ont pas encore compris cette loi. Une fois celle-ci intégrée, l’algorithme te guidera comme un frère. Un bro, un vrai.

4- L’Algo, le médicament financier

Paulo aime le style du Professeur Raoult, mais il n’est pas question de lui ici. Non, les problèmes de santé de côté, l’Algo souhaite te donner un aperçu du rapport bénéfice/risque concernant le pari qui t’intéresse. Autrement dit, il te propose une côte minimale conseillée en-dessous laquelle il estime qu’il n’est pas rentable de jouer. Parce que selon lui, le risque est trop élevé par rapport au gain. Tout simplement. L’Inter (oui, encore elle) cotée à 1,85 contre la Lazio (oui, encore elle), et préconisée à 1,65 par l’algorithme ? On est bon. 

Dans le monde des pronos comme ailleurs, le constat est le suivant : c’est la gestion du risque qui permet l’optimisation (fiscale ou non). Dès lors, avec beaucoup de répétitions (hormis pour les paradis fiscaux, cette fois), la stratégie ne peut qu’être gagnant sur le moyen et long terme. En plus, c’est aussi éthique que légal. De quoi considérer L’Algo comme un mentor, un vrai.

5- L’Algo, le comptable bienfaisant

Tu en as marre, Paulo te le rabâche dès qu’il en a l’occasion. En même temps, quantité de clubs professionnels ne s’érigent pas en modèles et zappent ce conseil d’autant plus important quand il s’agit d’une « petite » bourse : il est nécessaire, primordial, indispensable, obligatoire de gérer et maîtriser ses mises ! Pour l’Algo, ça signifie que l’argent placé sur un pari ne doit en aucun cas excéder 5% de ton budget global. Attention, discours-de-vieux-qui-te-fait-la-morale : une gestion minutieuse est inévitable pour gagner dans les bons moments et survivre dans les phases de creux. Suffit de télécharger l’outil de gestion de bankroll Betting Traker, et le tour est joué. Il saura prendre soin de toi comme un padre, un vrai.

6- L’Algo, pas un assureur tout risque

Fait numéro un : personne n’est parfait. Fait numéro deux : la magie, au sens propre du terme, n’existe pas. Paulo n’est pas parfait (loin, très loin de là), son Algo n’est pas magique. Il ne te permettra jamais d’empocher 50 000 euros en trois paris misés à mille, ni de ne connaitre aucune défaite. Le 100% de réussite n’est que fiction, et même Liverpool s’en est fait une raison cette saison. Malheureusement, l’Algo ne possède pas de boule de cristal où le futur se dessine devant son écran. Et heureusement, sinon ce serait trop simple. Le principal reste encore de s’amuser, de manière aussi intelligente que fructueuse. Comme des amis, des vrais.

5- L’Algo, le comptable bienfaisant

Tu en as marre, Paulo te le rabâche dès qu’il en a l’occasion. En même temps, quantité de clubs professionnels ne s’érigent pas en modèles et zappent ce conseil d’autant plus important quand il s’agit d’une « petite » bourse : il est nécessaire, primordial, indispensable, obligatoire de gérer et maîtriser ses mises ! Pour l’Algo, ça signifie que l’argent placé sur un pari ne doit en aucun cas excéder 5% de ton budget global. Attention, discours-de-vieux-qui-te-fait-la-morale : une gestion minutieuse est inévitable pour gagner dans les bons moments et survivre dans les phases de creux. Suffit de télécharger l’outil de gestion de bankroll Betting Traker, et le tour est joué. Il saura prendre soin de toi comme un padre, un vrai.

6- L’Algo, pas un assureur tout risque

Fait numéro un : personne n’est parfait. Fait numéro deux : la magie, au sens propre du terme, n’existe pas. Paulo n’est pas parfait (loin, très loin de là), son Algo n’est pas magique. Il ne te permettra jamais d’empocher 50 000 euros en trois paris misés à mille, ni de ne connaitre aucune défaite. Le 100% de réussite n’est que fiction, et même Liverpool s’en est fait une raison cette saison. Malheureusement, l’Algo ne possède pas de boule de cristal où le futur se dessine devant son écran. Et heureusement, sinon ce serait trop simple. Le principal reste encore de s’amuser, de manière aussi intelligente que fructueuse. Comme des amis, des vrais.